Acatenango – Volcan de Feu

L'Acatenango et le Volcan de Feu

Je vais vous conter la première ascension de ma vie, ma première fois en haute altitude, mais aussi la première fois que je respirais vraiment depuis mon pneumothorax. 

Le volcan Acatenango se trouve non loin de la ville d’Antigua au Guatemala, il est spécialement connu pour donner une vue imprenable sur le volcan de feu, volcan encore et toujours en activité qui n’a de cesse jour après jour d’entrer en éruption. Vous pouvez d’ailleurs voir la fumée s’échapper de son cratère depuis la ville d’Antigua ou bien même depuis le Lac Atitlán. Il faut savoir que c’est vous qui porterez votre équipement, nourriture, tente, etc…

.

8 Heures 30 minutes

 

Après avoir fais quelques emplettes comme du pain, des avocats offerts gentiment par une employée de l’hostel Vagamundo, et de nombreux biscuits, le combi arrive enfin pour venir me chercher, direction l’Acatenango ! Je fais vite connaissance d’une Canadienne et d’un portugais assis à ma gauche. Premier stop : Nous récupérons avant de sortir de la ville, les pseudos repas (une paquet de noodles, quelques fruits, un sandwich) dont on nous avait prévenu de la légèreté… Sauf peut être à Amy, la canadienne, qui n’a pas été prévenu et n’avait donc pas prévu grand chose… Oups ! Heureusement, avec Miguel, le portugais, nous avions pris en plus, au cas où !

 

 

10 Heures

 

Nous arrivons au début du sentier, là, on nous propose de louer des gants ou bien des bâtons pour l’ascension, ainsi qu’une panoplie de barres de céréales, sodas, eau, etc…  N’ayant pas de gants, je décide d’en louer pour 1/2$, je ne sais plus exactement, my bad ! C’est ainsi que nous commençons la randonnée qui dès le début s’avère pentu comme jamais. Je m’essouffle sans tarder, cela ne fait pas 15 minutes que je marche, et la respiration me fait déjà défaut, je sors ma ventoline en espérant y trouver un peu d’aide, mais cela n’est pas non plus de la potion magique. Je me demande pourquoi est ce que j’entreprends cela dans ma condition, même si au fond je le sais bien, je veux respirer, ce qui pour l’instant est loin d’être acquis. Heureusement que j’ai ma propre tente, l’équipement fourni aux autres me parait vraiment lourd.

 

 

10 Heures 30 Minutes

 

Nous arrivons à un petit plat où nous nous jetons tous à terre pour nous reposer, visiblement cela a été rude pour tout le monde. Un cheval se trouve non loin du groupe, et personne n’ira mentir, on a tous fantasmé pour voler le cheval est monté avec. Bref, nous continuons sur des chemins toujours plus creusés par la pluie, et sinueux.

 

 

12 Heures

 

Nous faisons une autre pause où il est possible d’acheter de l’eau, des sodas ou des fruits, cependant à un prix très élevé. Amy, Miguel et moi même partageons donc quelques bouts de pastèque fumée, et oui, le gentleman tenant du stand a posé les tranches de pastèques sur la trajectoire de la fumée provenant de son feu. Nous rencontrons un chien adorable que nous devons rapidement laisser car la marche continue !

 

13 Heures

 

Nous faisons enfin une vraie pause après avoir traversé la grosse partie de la forêt humide et quelque peu étouffante d’humidité. C’est l’heure de manger le sandwich jambon fromage fournit pour le tour, ainsi que toutes les petites choses apportées par chacun et échangées pour que tout le monde puisse goûter un peu de tout, on souffre ensemble, on mange ensemble !  Jusqu’à maintenant je suis dans les derniers du groupe, évidemment ce n’est pas une course loin de là, mais mon but personnel est tout de même de retrouver l’endurance physique et le souffle que j’ai perdu, ayant toujours été bon marcheur. Nous repartons.

 

14 Heures 30 Minutes

 

Après une remarque du guide sur le fait que je crache mes poumons, mais que je continue à balancer des vannes du genre « Je vous la fais sans soucis en courant cette montée, je vois pas le problème », car évidemment lui, n’est pas très affectée, je me vois dans l’obligation de sprinter sur une dizaine de mètres (Je voyais que plus haut il y avait un peu de plat, lorsque arrivé non loin, j’ai constaté que non…), ce qui a eu pour effet d’amuser mes camarades de marche, cela redonne un peu le sourire aux visages crispés, le mien compris dans cette montée incessante. Nous ne sommes plus très loin selon le guide, après quelques kilomètres ce ne sera presque plus que du plat jusqu’au campement.

 

16 Heures

 

 

Nous arrivons enfin au campement, et je constate avec allégresse que je suis un des premiers à y être, enfin ! J’encourage les autres qui ne sont pas non plus loin derrière, et c’est tous ensemble que nous sommes bien content de l’avoir fait. Le campement est à 3700m d’altitude, et juste en face du volcan de feu qui ne cesse de dégager de la fumée dans des grondements retentissants. Nous installons le campement, tout le monde est en coloc’ avec des tentes de 4, sauf moi, qui avec ma tente tout confort joue l’associable (c’était principalement car je m’inquiétais de la propreté des tentes fournies). La séance photo du volcan de feu peut commencer, nous dégainons tous nos portables et appareils photos pour capturer ce géant cracheur de feu. Au bout d’un petit moment, je me décide à sortir les deux petites bouteilles de liqueurs achetés pour l’occasion, heureux suis-je de constater que je ne suis pas le seul à avoir eu cette idée ! Nous partageons ainsi les petites bouteilles de Quetzalteca (alcool local) entre rire et ivresse du moment. La nuit tombe, le feu est déjà prêt depuis une heure, et nous recevons chacun notre tour l’eau bouillante qui réchauffera et cuira nos nouilles dans leurs pots. C’est à ce moment là qu’un grondement assourdissant retentit, nous nous retournons tous d’un seul coup pour admirer une colonne de lave jaillir du volcan de feu qui s’élève haut dans les airs avant de retomber sur les parois du volcan.

********************** PLUS AUCUNE VOIX NE SE FAIT ENTENDRE *************************

Nous sommes abasourdis par la beauté du spectacle que nous offre Dame Nature, nous restons ébahis à voir ce feu d’artifice de lave et de feu en face de nous, une éruption volcanique… Sauf pour un d’entre nous déjà venu ici, c’est notre grande première fois à tous. Nous finissons donc notre soupé, les yeux fixés sur une des plus belles chose au monde. Au bout d’un moment il faut penser à se coucher car le réveil sera dur à 4 heures du matin.

 

4 Heures

 

Le temps de me préparer, j’entends déjà le guide annoncer que le départ est dans 15 minutes, j’accélère, sors de ma tente avec une barre de céréales dans la bouche, j’oublie mon bonnet dans le feu de l’action, et retourne donc le chercher dans ma tente qui était au moins à… ouuuuf, trois bons mètres 🙂

Le groupe part, dans le même temps je me rend compte que j’ai oublié de prendre ma lampe frontale avec moi, tant pis, je vais juste marcher juste derrière Amy qui a une lampe et un bon rythme de marche. Le chemin est glissant du fait d’être un mélange de sable et gravier, dans la nuit, plusieurs (dont moi) ont failli dégringoler jusqu’au campement. Le jour se lève à mi chemin ce qui aide pas mal à progresser rapidement.

 

5 Heures 30 Minutes

 

Nous atteignons enfin le sommet dans la joie et le froid prenant, une vue magnifique s’offre à nous avec une mer de nuage bleu/violette, toujours avec notre cher ami le volcan de feu, tout fumée, qui vient embellir le paysage. Nous sommes actuellement à 4000m d’altitude (3976m) , et je respire comme je n’ai pas respiré depuis très longtemps, à ce moment ci, j’ai compris le vrai sens du mot « Respirer », et je crois bien en être devenu amoureux. (Ce qui me conduira par la suite à d’autres aventures !)

Nous demeurons une grosse demi heure au sommet, le temps d’assister au levé du soleil et de mitrailler de photos le paysage. Tout le groupe est monté, nous sommes fier de nous et nous tenons prêt pour redescendre. Nous descendons prudemment mais tout de même en se laissant glisser dans les graviers, jusqu’à ce que notre guide salvateur nous lance :

 » Vous pouvez y aller, faites vous plaisir mais attention à ne pas tomber du volcan non plus  »

Ni une, ni deux, les plus fous (dont moi) se jettent à corps perdu se laissant surfer sur les graviers, c’est comme cela que les autres groupes présents nous ont observé dévaler le flanc du volcan jusqu’à notre campement en un temps record. La montée nous aura pris 1h30, la descente moins de 20 minutes !

 

6 Heures 20 Minutes

 

Nous sommes quelques-uns au campement, et nous attendons le reste du groupe pour prendre le petit déjeuner, plier le camp, et redescendre au point de départ où nous attend le bus. Sur le chemin nous croisons ceux en train de monter qui nous demandent « classiquement » : On en est où ? » , les pauvres s’ils savaient qu’ils allaient encore bien en baver ! « Courage, vous y êtes presque, la moitié… » Un mensonge vaut mieux que casser le moral non ?

Arrivé au bus vers 10/11h, nous rentrons à Antigua pour faire péter le restaurant et les bières le soir même !

 

Je vous met les photos ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *