A ne pas rater en Bolivie…

Le fameux Carnaval d'Oruro

Le Carnaval d’Oruro est le plus célèbre de la Bolivie, les différentes cultures coexistantes dans le pays se réunissent le 10 février de chaque année pour festoyer ensemble, ainsi que participer à la compétition du carnaval. Et oui, j’ai bien dit compétition. Les nombreux groupes de danseurs et musiciens doivent payer pour défiler en ce jour si spécial, le gagnant remportant une jolie somme d’argent, ainsi que la notoriété d’être le vainqueur du plus grand carnaval du pays. Cette notoriété retombe notamment sur la micro société que représente chaque équipe.

Ces festivités se déroulant du 10 au 12 février inclus, proposent un programme qui varie au fil des jours, programme que vous pouvez retrouver sur le site de la ville ou bien que l’on vous distribue dans les allées du carnaval.

Des milliers de personnes se pressent dans les rues pour partager la musique, la danse, et quelques bières qui passent de mains en mains, avec des personnes vous invitant à boire à chaque angle. Outre le fait de regarder le défilé, je vous conseille notamment de passer du temps dans les rues adjacentes pour discuter et festoyer avec les locaux et touristes venus pour l’occasion.

En cette année 2018, et pour la première année, l’avenue principal du carnaval n’était pas accessible si l’on ne payait pas 200 Bs (25e) pour être assis sur les gradins qui jalonnent le défilé. Même debout cela était impossible de s’en approcher. Le seul lieu gratuit était la place entourant l’église où finissent les différents groupes.

L’ambiance y était aussi au rendez vous dans les gradins, il était possible de se joindre aux groupes lorsqu’ils passaient devant vous pour quelques dizaines de mètres sous les applaudissements des autres tribunes.

Cela est l’ambiance du carnaval, cependant si vous ne voulez pas payer, il ne sera pas possible de profiter du défilé et de l’ambiance en même temps. Sur la seule place gratuite comme dit plus haut, le plus gros problème était l’entassement des personnes qui ne voulaient pas payer, cela ne laissait aucune place à l’amusement où à la danse ou je ne sais quoi d’autre que pourrait susciter un carnaval proprement dit.

Espérons seulement que l’année 2018 soit la seule à voir ce genre d’organisation !

L’atmosphère du carnaval vous emmène à travers différents univers grâce aux masques et costumes qui sont de véritables petites merveilles de création, le détail des œuvres est bluffant, tout autant que la palette de couleurs de celles ci.

Voici quelques exemples des principaux personnages participant à cette célébration nationale :

 

  • La colonisation espagnole

 

Par des costumes plein de fioritures, représentant un roi tenant un sceptre, avec de drôles de visages sur ses vêtements, et à la démarche absurde, les boliviens trouvent ici le moyen de tourner au ridicule la colonisation espagnol. Tout comme des femmes au maquillage poussé ou bien des vêtements très légers, on rit cette fois ci des femmes espagnols et leurs tenues « chics » qui se veulent au final plus vulgaires qu’autre chose aux yeux des peuples latino américains.

 

  • L’ange Gabriel donc la religion

 

Toujours devant dans les groupes, il guide ce dernier jusqu’à l’église qui marque la fin du défilé pour tous le monde, en hommage à la vierge marie. N’hésitez pas à demander aux locaux la signification des costumes car sans leurs aide, je n’aurai jamais reconnu l’ange gabriel, ni les autres d’ailleurs…

 

  • L’enfer avec les démons

 

Ces derniers sont, contrairement aux autres déguisements, très reconnaissables. Cela m’intriguait de voir des diables, diablesses et autres démons entrer dans l’église, j’ai donc demandé l’explication qui en soit est tout à fait logique, l’enfer fait partie intégrante de la religion. De plus, tout comme pour la colonisation, tourner en dérision un symbole fort de sens permet de s’en libérer, c’est le carnaval, alors tournons au ridicule ce dont nous ne voulons pas !

 

  • L’Amazonie

 

Les groupes représentant les communautés amazoniennes se vêtissent de costumes très bien faits qui vous renvoient directement à l’époque où les épées et les lances dominaient le continent. Par des danses et un rythme musical entraînant, ils savent capter votre attention, et vous n’allez pas rechigner à les regarder s’avancer ligne après ligne pour jouer leur rôle, ce qu’ils font à merveille. Ils vous donneront peut être même envie de rejoindre au plus rapidement l’amazonie, n’oubliez pas que les vêtements locaux ont bien changés, aussi attirant que puissent être hommes et femmes dans ces costumes, cela reste des costumes…

 

  • Les miniers

 

Eux aussi sont représentés, étant partie primordiale de l’histoire du pays, ayant influencés énormément le cour des choses. Ils portent leurs casques, ce grâce à quoi vous les reconnaissez, et sont composés majoritairement d’hommes groupés, avec un ou deux portant des vêtements plus « riches », représentant ainsi les chefs des mineurs. Ils peuvent être accompagnés notamment de personnages représentant les seigneurs espagnols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *