Comment établir un dossier de Sponsoring ?

SCOOP ! Fait avéré : Tout voyageur cherche à faire des économies !

 

Sachant cela, un des moyens d’amortir les dépenses est le sponsoring. Le fait de présenter une marque en échange de biens ou de services est en pleine expansion chez les globetrotters. La notion de sponsor est relativement connue, cependant, monter un dossier de sponsoring n’est pas chose aisée. Dans quel cas est-il utile d’en faire la demande ? Que faut-il mettre dans le dossier ? A qui écrire ? Comment capter l’attention ? Tant de questions qui font tourner la tête.

Répondons à ces questions ensemble,

 

  • Le Projet :

 

Pour être viable, un projet doit se démarquer des autres. De nos jours, voyager n’est pas chose exceptionnelle, cela l’est certainement pour vous ce qui est normal, mais les entreprises ont probablement d’autres demandes que la vôtre. Si vous partez simplement visiter l’Argentine en hôtel, inutile d’en faire la demande, les entreprises ne s’engageront pas pour vous payer des vacances. Par contre, avec une valeur ajoutée comme découvrir l’Argentine en mono-cycle, cela devient plus attrayant pour le partenaire !

 

  • A qui adresser sa demande :

 

Perspicacité : Il est logique de penser que si vous partez faire un tour du monde en bateau, vous n’allez pas faire une demande de sponsoring auprès d’une compagnie aérienne. Il faut donc savoir orienter sa demande en fonction de ses besoins :

« Vous avez besoin d’un matériel de rando, pensez à un magasin de rando »

« Vous allez prendre l’avion, pensez à une compagnie aérienne »

Mais n’oubliez pas les activités périphériques : un moyen de locomotion offert sur place, un service téléphonique ou encore une société d’alimentation (Barres de céréales, nourriture de Trek..). Les possibilités sont multiples, à vous d’aller chercher en fonction de vos besoins.

 

Vision globale : Savoir évaluer votre quotient publicitaire est important, ce rapport entre la pertinence de votre voyage et la taille de l’entreprise visée. Plus votre aventure est grande et folle, plus vous pourrez viser de grandes entreprises. Si vous ne comptez prendre qu’une ou deux fois l’avion ou bien le prendre 20 fois, je vous laisse deviner quelle possibilité intéressera les compagnies aériennes.

Pensez à la proximité ! Les meilleurs sponsors restent les sponsors locaux, ceux pour qui vous avez une valeur supplémentaire rien que par le fait d’être du coin. Ils sont généralement ouverts aux discussions et peuvent contribuer de différentes façon. Mon avis ? Je trouve ça bien de valoriser les entreprises locales, cela créer une entraide plus réelle.

 

Savoir distinguer partenariat et sponsor passif : Lorsque vous faites une demande de sponsoring, il faut savoir mesurer quels bénéfices cela vous apportera, et pour combien de temps. Pour un partenariat, sur le long terme, le dossier de sponsoring doit être complet et rendre compte de votre projet dans sa globalité (Exemple de la compagnie aérienne pour un tour du monde). C’est à ce moment là que vous allez mettre en avant les services ou produits de votre sponsor sur le long terme et de façon permanente. (Publicité sur un blog, en parler dans une vidéo…)

Pour un échange de service, un sponsor passif, nul ne sert de faire un dossier complexe. Si vous demandez à une agence de voyage locale une réduction sur un Trek, écrivez une lettre ou un mail en leur proposant une petite publicité, la plupart du temps ce sera suffisant.

 

  • L’Experience

 

Avant d’entrer dans un partenariat, vous devez être crédible devant votre sponsor. Qui dit crédibilité, dit expérience et/ou connaissances. Si vous en êtes à votre premier voyage, un sponsor se posera plus de questions, aura plus de mal à vous faire confiance quant à vos capacités à réaliser votre projet. Il vous faudra alors redoubler d’ingéniosité et de malice pour vous mettre en valeur et combler ce que l’expérience ne vous offre pas. Soyez original, à l’aise, et montrez que vous avez confiance en vous. Si vous êtes un baroudeur né, vous pourrez appuyer votre dossier sur vos expériences passées, cela sera un vrai plus qui penchera en votre faveur.

 

  • Que faut-il mettre dans le dossier ?

 

Un dossier de sponsoring ne doit pas se contenter de quelques pages, c’est le moment de faire sortir le Victor Hugo négociateur qui habite en vous. En dessous de 10 pages, le dossier sera généralement bâclé donc peu apprécié, ce qui en dira long sur vous. A partir de 10 pages, vous commencez à être intéressants et à prouver votre sérieux. Au dessus de 20 pages, vous avez de quoi appuyer votre requête, mais attention à ne pas en faire trop non plus sinon votre dossier ne sera pas lu entièrement.

 

Il doit contenir le résumé de votre périple en trois questions :

 

Pourquoi ce voyage ?

Avec quels moyens (financiers, matériels…) ?

“Par” quels moyens (avion, bateau, vélo, à pied…) ?

Ne détaillez pas un voyage d’un an, jour par jour. Explicitez les grosses lignes, par où allez vous traverser tel ou tel lieu, dans quel but vous allez passer par ces endroits et justifiez votre moyen de transport.

 

Ensuite vient l’intérêt que l’entreprise aurait à vous sponsoriser :

 

Étalez vos connaissances sur l’entreprise en question, montrez que vous ne l’avez pas choisi au hasard, et dites leurs pourquoi vous les avez justement choisi, ce qui à vos yeux a fait la différence d’avoir proposé à telle ou telle entreprise. Une connaissance approfondie fera foi de votre sérieux et des recherches que vous avez mené pour concrétiser votre voyage.

 

De quelle manière peut-elle vous sponsoriser ?

 

C’est à partir de maintenant qu’il ne faut pas lésiner sur les moyens, établissez différentes offres (trois étant le parfait compromis) pour montrer ce qu’ils auraient à gagner en s’associant au plus haut point avec vous.

Allez d’une offre simple, à une autre intermédiaire pour finir sur une offre dites “Premium” ou “Gold”. Rendez vous prêt à la discussion et aux compromis, vous avez plus besoin d’elle, qu’elle de vous !

 

  • Quelques conseils :

 

Au niveau des pages, il faut aérer le contenu, évitez les blocs de texte imposant et difficiles à lire. Faites des phrases allant à l’essentiel. Sautez des lignes, espacez, gérez l’alignement.

 

Visez “CHOC !”, mettez un point d’honneur à ce que votre dossier attire le regard. Plus votre dossier sera esthétique, plus il plaira !

 

Ne choisissez pas une police d’écriture trop farfelue, cela rendrait difficile la lecture. Les couleurs c’est bien, les phrases arcs en ciel, ça l’est moins. Évitez de trop en faire sous peine de déclencher une crise d’épilepsie à votre interlocuteur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *