La frontière Costa Rica / Nicaragua

La frontière du Costa Rica vers le Nicaragua n’est pas si aisée à franchir si vous ne parlez pas espagnol et que vous ne vous êtes pas renseigné (et encore, je ne sais si cela suffit !) Entre l’absence d’indication et des militaires qui vous regardent sans rien vous dire, votre chance est de trouver quelqu’un pour partager votre galère passagère 🙂

 

  • Comment traverser la frontière ?

 

Si vous comptez rejoindre le Nicaragua par le Costa Rica, vous allez avoir besoin d’être renseigné sur le passage de la frontière qui pour ma part a été assez compliqué.

Quelques trucs à savoir :

– La frontière ferme à 17h

– Cela vous coûtera environ 20$, seulement pour traverser la frontière

 

Commençons par le commencement

 

Pour se diriger vers le Nicaragua, il y a des bus quittant San José environ chaque heure tout les matins à partir de 7h. Le bus fait des arrêts toutes les 20min environ sur la route entre San José et Penas Blancas. Il passe par Alajuela, Liberia, La Cruz (et tout les arrêts entre ces villes le long des routes).

 

A la gare d’Alajuela (là où j’ai pris le bus)

 

Les points de vente de tickets ouvrant généralement assez tard, mieux vaut prendre son billet en avance. Si vous cherchez sur internet vous allez trouver des tickets de bus à 20 ou 30$. En achetant directement mon billet à la gare routière, j’en ai eu pour 8$ jusqu’à Penas Blancas, la frontière.

Vous êtes obligés de charger votre gros bagage dans la soute car les places de bus sont très rapprochées, je vous conseil donc de mettre les objets de valeurs dans un sac, que vous prendrez avec vous. A défaut d’avoir la climatisation, toutes les fenêtres sont ouvertes et ça fait du bien !

Si vous pouvez vous placer côté soute histoire de surveiller que personne ne prenne votre sac à un arrêt, c’est d’autant mieux et rassurant pour le voyage mais je n’ai eu aucun problème de ce côté là. Dans le bus les gens me sourient, me parlent, on rigole et on écoute de la musique pendant que les enfants jouent.

Si vous vous retrouvez sans place, asseyez vous par terre ou tenez vous bien, parfois le conducteur du bus passe en mode rallye et ça secoue.

 

Anecdote : Le bus que j’avais pris est tombé en panne d’essence à 50km de la frontière, sous la chaleur. Après 20 minutes de négociations pour sortir sur le bord de la route, le conducteur a cédé. J’ai été agréablement surpris de la vitesse à laquelle nous avons été dépanné, un autre bus est venu nous chercher en 1 heure. Chaque passager aidait un inconnu ayant du mal avec son bagage, certaines personnes m’ont demandé de l’aide et une d’elle m’a remercié avec une mangue, une belle entraide entre passager.

 

Arrivée à la frontière

 

En descendant du bus, une horde de “Cambiador” vous agressent avec leurs cartes pros pour que vous changiez vos derniers Colon en Cordobas. Se vantant d’avoir le meilleur taux de change, ce qui s’avère faux quand on regarde sur l’application XE Converter, mais cela peut quand même vous dépanner.

Après avoir récupéré vos bagages, dirigez vous vers la petite maison indiquée pour payer la taxe de sortie du territoire qui s’élève à 8$. (Vous pouvez la payer en Dollars comme en Colones).

Après avoir reçu votre petit papier, dirigez vous vers le gros bâtiment avec les barrières, vous allez devoir présenter votre passeport et remplir un petit papier sur lequel vous écrivez vos noms/prénoms, numéro de passeport, profession… Vous pouvez maintenant ressortir, et aller à pied (ou payer quelques dollars pour vous faire amener 300 mètres plus loin) à la frontière.

Aucune indication, vous zigzaguez entre les bus, les camions et les douaniers qui vous regardent l’air perplexe, parfois ils vous arrêtent pour vous demander vos papiers, parfois ils vous observent d’un regard vide. Après avoir passé le checkpoint situé sur votre droite, serrez à gauche pour ne pas vous faire écraser et rendez vous au grand bâtiment, qui sert aussi de station de bus/taxi.

Vous allez devoir rentrer dans ce bâtiment, et payer 1$ dès l’entrée. Ensuite, avancez vers les policiers qui sont dans des boxs en face de vous, ils vont vérifier votre identité puis vous demander de payer (oui encore une fois) un montant de 12$ (qui je pense ne s’élève qu’à 10$ mais ils s’en mettent dans la poche, car un espagnol voyageant avec moi a payé 14$)… Vous allez passer vos sacs aux rayons X dans la salle derrière les douaniers, puis vous allez pouvoir commencer à chercher pour un bus ou un taxi.

Et merci au revoir la frontière ! 

Sachez que le bus pour Rivas coûte 2$.

Si vous comptez vou rendre à San Juan del Sur, vous devez prendre le bus pour Rivas et indiquer aux personnes qui gèrent le bus où vous allez. Au bout de 30minutes, en peine route le bus va s’arrêter et vous allez devoir descendre pour prendre un autre bus qui est de l’autre côté de la route. Conseil d’ami, courrez car le bus ne vous attend pas, essayez toujours de monter/descendre en même temps que votre bagage pour ne pas le voir partir sans vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *