Le Nicaragua, un pays qui inspire

Le Nicaragua est un pays d’Amérique Centrale limitrophe au Costa Rica par le sud et au Honduras par le Nord, à l’ouest, on trouvera l’Océan Pacifique et ses vagues, quant à l’est, la Mer des Caraïbes et les fameuses Islas del Maiz plus connues sous le nom : Corn Islands (îles du Maïs). Il occupe une superficie de 129 494 km2 dont 120 254 km2 de terre. Le pays compte environ 5,8 millions d’habitants.

Ce pays aux mille et une merveilles a le soutien de sa population, chaque Nicaraguayen est fier de son pays, de sa nature et de son histoire. Si vous désirez connaitre un peu plus du Nicaragua, allez dans un parc, dirigez vous vers une personne assise sur un banc et demandez lui des informations sur son pays, elle vous fournira un flux d’information (à vérifier) conséquent. Vous pourriez même avoir du mal à l’arrêter !

Voilà vous savez un peu tout ! Le reste se trouve dans mes articles sur chaque ville visitée…

Les paysages dominant sont montagneux à l’intérieur des terres, avec ses nombreux volcans (dont la plupart en activités). Environ 7% du pays est recouvert par ses lacs, les plus importants et connus sont le “Lac Nicaragua” et le “Lac Managua”.

C’est un pays qui est de plus en plus en vogue, du fait que le coût de la vie y soit très bas, plus des paysages à couper le souffle. Soit un mélange parfait pour tout amateur de voyage et d’aventure (entre les treks, les balades à cheval, le canyoning, les parcs naturels, le volcano-boarding, le surf, ou encore la plongée, vous y trouverez votre bonheur !).

Le côté pauvre du Nicaragua (selon la population locale, et mes yeux) est dû au manque d’emploi ,source de pauvreté. C’est pourquoi vous pourrez trouver à chaque coin de rue, un vendeur de caramel, de « chips de banane » pour gagner un peu d’argent. Ce pays est un el dorado à en devenir, avec son grand potentiel touristique il fera de grandes choses. Je dis « mauvais côté », j’entends par là ce qu’il faut améliorer pour la condition de vie de la population, cela ne veut pas dire « N’y aller pas car… » . Le second problème du Nicaragua est l’éducation, trop peu de personnes peuvent obtenir une éducation décente. Du fait de l’absence de travail et donc de revenue, le plus souvent toute la famille est mise à contribution pour rapporter un petit gagne pain. Du côté de la campagne, les gens parlent espagnols mais ne l’écrivent pas, ils écrivent comme ils l’entendent car ils n’ont jamais appris ou très peu. Des cours d’anglais accessibles et basiques serait un véritable atout pour la population vivant du tourisme, et créerait de l’emploi.

Malgré tout ça, vous pourrez me parler de délinquance, que l’on soit une femme ou un homme seul, ou pas, je n’ai entendu aucun voyageur se plaindre d’avoir été ne serait ce que volé. Je me suis toujours senti en sécurité de jour comme de nuit, même perdu dans les rues d’une ville, la crainte n’a jamais été ma compagne.

Pour finir, les gens sont aimables, s’ils vous regardent c’est pour vous sourire. Vous êtes perdu ? Vous semblez un peu désorienté ? Quelqu’un viendra vous porter secours en vous demandant ce que vous recherchez, il vous aidera à trouver un lieu, pourra même vous y accompagner sans idée derrière la tête. La religion étant très présente, ils sont à l’écoute des problèmes et sont très attachés à la famille.

Les articles sur le Nicaragua ci-dessous

Corn Island