Pucón

Été comme hiver, une réponse : Pucón !

Vous êtes en train de vous prendre la tête pour savoir quand vous rendre à Pucón ? Ne vous tracassez pas plus ! Ici, vous allez comprendre pourquoi cette partie du Chili est un lieu où été comme hiver, l’ennui n’est pas de la partie 😀

Les pieds dans l’eau, Pucón longe la rive du lac Villarrica qui offre la possibilité de terminer sa promenade dans les rues par un petit plongeon. Il vous en faut plus ? Si vous tournez la tête, vous apercevrez le Volcan Villarrica, et sa tête enneigé. Lors du bon temps estival, les balades à cheval, les descentes en vélo, le kayak, et randonnées sont de mises, tandis qu’en période de bonhomme de neige, les randonnées, les ascensions de volcan, et le ski, feront de vous un hyperactif enjoué 🙂

Bien que la ville puisse vous paraître éloignée de tout, et par conséquent vous craignez des accès compliqués au confort, je vous rassure tout de suite, ce camp de départ pour bon nombre d’expéditions est plus que développé. Entre les Hôtel Spa et les complexes privées, les plus douillets auront leur place dans ce lieu. Pour ceux qui, comme moi ne sont pas fait pour ces commodités, il faut savoir que la police locale ne vous laisse pas bivouaquer dans les rues, de même que sur la plage, et j’en parle d’expérience. Après nous être fait gentiment délocaliser de la rue (ce qui est compréhensible), nous sommes allés sur la plage, et rebelote ! Nous avons dû marcher 3km sous la pluie à 23h pour finir par nous cacher à côté d’un cimetière, dans la boue. C’est pendant la nuit qu’une voiture de patrouille est passée devant nous, certainement les mêmes agents, qui, prient de pitié, ont certainement renoncé à nous virer…sur le moment. Car à 6h du matin, un « Il faut partir d’ici » nous est venu depuis l’extérieur de la tente, avant d’entendre la voiture de patrouille s’embourber, et demander de l’aide pour réussir à s’en sortir. Le Karma peut être ?

Les Principaux Centres d'Intérêts

Les volcans

 

  • Volcan Villarrica

 

Il est possible de s’aventurer sur la neige du volcan toujours en activité pour arriver à son sommet, duquel, il est possible d’avoir une vue sur toute la région, si le climat le permet évidemment. Une chose est sûre, vous en allez avoir plein les mirettes avec les nombreux lacs et autres volcans présents dans la zone.

Toutes les agences de tourisme proposent l’ascension en une journée, guide, transport, et matériel fourni. Si l’on fait la conversion à l’euro, le prix de l’expédition environne les 100e. Il est possible d’effectuer l’ascension par ses propres moyens, à condition d’être un montagnard habitué de la haute montagne, d’avoir l’équipement nécessaire, et de réussir à convaincre les gardes-parc de votre réelle capacité à la réussite de cette tâche.

Les Lacs de la région

 

  • Lac Caburgua

 

Le lac de Caburgua est un des plus naturel, dans le sens  où il n’y a pas de constructions démesurées longeant la rive, le seul point d’accès est par le discret village de Caburgua où l’épicerie la plus grande ne compte pas plus de 5 rayons. Le lieu a su garder (pour l’instant) toute sa nature et son authenticité. Cependant, je m’y suis rendu hors saison, et dans les 3 jours où j’y ai bivouaqué, j’y ai passé la moitié sous la pluie. Cela pourrait-il être la raison de la pauvre affluence de touristes ? Baladez vous, perdez vous dans la forêt environnante, contemplez la nature 🙂

Ps : Le bivouac sauvage fût possible pour moi, bien que ma tente fût en train de sécher, le froid ne m’a jamais atteint, de même que les chiens aux intentions hostiles envers ma nourriture, car LOKI, mon grand ami rencontré sur place, a veillé sur moi et m’a tenu chaud toute les nuits durant, je ne t’oublierai pas !

  • Lac Calafquen

 

Avec des villages comme « Calafquen », ou « Licanray », qui sont beaucoup moins connus et exploités que Pucón, poser sa tente sur les plages ou bien dans les forêts alentours n’est plus un problème. Comprenant tout de même des attractions aquatiques comme le kayak ou le pédalo, le calme se fait ressentir lorsqu’on observe le lac et le soleil venant se dissimuler discrètement derrière afin d’orner l’eau d’une couleur orangée.

  • Lac Villarrica

 

Première étape si vous voulez vous rendre à Pucón, la ville du même nom que le lac vous accueille chaleureusement. Un peu plus grande que sa voisine, Villarrica est notamment plus urbanisée dirons nous, les constructions de type « Résidence secondaire de montagne » sortent de terre rapidement. Je ne suis pas resté longtemps dans la ville, mais j’ai pu bivouaquer, accompagné de quelques fiers compagnons le long de la berge.

Les Parcs Nationaux

 

Les parcs nationaux de la région sont innombrables, ceux dont je vais vous parler sont les plus connus, ainsi que les plus accessibles au départ de Pucón. Ils sont tous faisables sans guide, il faut simplement s’enregistrer à l’entrée du parc pour plus de sécurité.

 

  • Parc national Huerquehue

 

Je conseille vivement de visiter ce parc au printemps, lorsque la neige commence à fondre mais qu’il en reste tout de même suffisamment pour admirer les paysages enneigés. Dans cet espace protégé il faut suivre les sentiers marqués qui vous feront passer par différents lacs et cascades, tout cela au milieu de la forêt. Pour ma part, j’ai eu la chance d’y arriver lorsque les lacs étaient gelés ainsi que les sentiers. J’ai ainsi pu m’adonner aux plaisirs de la glissade et de la marche sur lac gelé (Je ne suis pas le meilleur exemple de prudence…).

Le prix d’entrée en saison haute est de 6/7e , il baisse de moitié en saison basse. Le prix inclus la possibilité de dormir en tente dans les lieux habilités, et met à disposition une cabane où il est possible de faire du feu.

 

 

  • Parc national Villarrica

 

Il est le plus grand de la région, et malheureusement je n’ai pu le parcourir pour la simple raison qu’il était interdit d’accès pour cause de chute de neige trop importante. Avant de planifier une randonnée ou un trekking, pensez bien à vous rendre à l’Office de Tourisme de Pucón pour obtenir des renseignements sur la possible fermeture de certains chemins. Le chemin qui avait attiré mon attention était celui au départ de Pucón, passant le long du volcan Villarrica, et terminant à Conaripe. Idéal pour ceux voulant faire la traversée vers le sud !

  • Sanctuaire « El Cañi »

 

Je termine cette section sur les parcs par un qui n’en est pas. Ce « sanctuaire » comme il s’appelle est une zone protégée privée qui soutient un tourisme plus écologique. A son point le plus haut (1550m), il offre une vue sur les quatre volcans les plus proches : Villarrica, Quetrupillan, Lanin, LLaima. Le prix d’entrée est d’environ 5/6e par personne. Il est possible d’y faire du volontariat, c’est pour quoi je vous met à disposition le lien de leur site web :

http://www.santuariocani.cl/index.php

Pour cause de mauvais temps, l’accès nous (un ami et moi) avait été refusé. Malgré cela, jnous avons eu la chance de rencontrer un fermier lors d’un stop. Fermier qui avait besoin de quelqu’un pour s’occuper de ses vaches et de ses terres, fermier qui avait sa propriété juste derrière le sanctuaire… Par conséquent, nous ne sommes plus des étrangers, vu qu’on s’est installés… C’est en suivant ce mode de pensée quelque peu discutable que nous avons pénétré dans ce paradis blanc, et malgré la neige nous arrivant par endroits au cou, nous avons été enchanté par la beauté du lieu !

La cascade « Salto del Claro »

 

Cette chute d’eau n’est pas aisée à trouver, et ne l’est pas non plus à s’y rendre. Le stop est une des meilleures options, dans le pire des cas il vous faudra marcher quelques 4 kilomètres. L’autre option serait de louer des vélos et de pédaler jusqu’à cette merveille cachée.

Comment s’y rendre ?

Vous pouvez marcher, prendre le bus, ou vous rendre en stop jusqu’à la rue « Los Calobozos ». Il y a un arrêt de bus juste devant, comme point de repère vous pouvez prendre l’épicerie qui fait l’angle, ou bien le panneau du restaurant « Liz Resto Bar ».

Au bout de 1.5 km vient un embranchement, la rue « Los Calobozos » continue, et une voie part sur votre droite, sans nom. Suivez le chemin sur votre droite. Poursuivez sur les 2.5 km restant. A la fin du chemin, vous allez peut être arriver dans un petit espace avec des vaches, n’ayez pas peur c’est bien là, continuez tout droit et cherchez un petit sentier qui se poursuit entre les arbres, jusqu’à arriver à une barrière, franchissez là sans craintes d’entrer chez un tiers. Il vous suffit de descendre par un chemin plus qu’escarpé et de tendre l’oreille pour savoir de quel côté vous diriger, vous ne tarderez pas à la voir !

L’instant relaxation

 

Qui dit volcans et lacs, dit bien souvent sources thermales, et vous auriez raison ! Elles sont nombreuses les eaux chaudes et décontractantes, que cela soit en plein été ou encore en plein hiver. Après avoir marché dans les différents parcs de la zone, on mérite tous une session de relaxation. Les instituts thermaux sont multiples, et vont de l’installation luxueuse et coûteuse, à la piscine naturelle à l’air libre. Certaines sont limitées en temps, comme « Los Pozones », cela est dû au fait que rester dans une eau trop chaude, trop longtemps, peut être dangereux pour la santé. Qu’importe, au bout de 2h j’étais cuit à point et j’ai décidé d’en sortir 🙂

  • Thermes Liucura
  • Thermes Quimey-Co  –> +/- 30e
  • Hôtel et Thermes Huife  –> +/- 30e
  • Thermes Los Pozones –> Celles que j’ai choisi

Adulte Journée : $8.000 (11e) pour 3 heures.
Adulte Nuit : $10.000 (14e) pour 3 heures.

Journée : De 11:00 à 18:00
Nuit : De 18:30 à 0:00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *