Santiago

Santiago du Chili

La ville de Santiago du Chili est la capitale du pays, elle se situe dans la vallée centrale au pied de la majestueuse Cordillère des Andes. Proche des montagnes et des stations de ski, oui, mais aussi à une heure et demi de l’océan Pacifique ! Pour ceux qui aiment vivre dans une capitale tout en ayant des possibilités de s’échapper, c’est chose possible. Cependant, d’un point de vue subjectif, avec sa population croissante qui atteint plus de cinq millions d’habitants, la rapide croissance urbaine de cette ville en a fait un calque du capitalisme. Si vous arrivez au Chili par voie terrestre (Argentine/Bolivie/Pérou), pour ensuite voyager jusqu’à arriver à Santiago, il est probable que vous en ressortiez quelque peu confus. La nature magnifique, diverse, prospère par son désert, ses vallées, et ses plages, au Nord ; ses montagnes, glaciers, et lacs, au Sud.

Santiago étant situé dans une cuvette, la pollution de l’air est visible à l’œil nu, allant parfois jusqu’à cacher entièrement la montagne qui surplombe celle-ci.

Outre le développement économique, cette soudaine croissance a permis à l’art de s’affirmer et de se revendiquer pluridisciplinaire, polymorphe, et LIBRE. Bien que difficile d’en vivre, nous assistons cependant à une réelle révolution. En parlant de révolution, j’ai été témoin du combat des femmes pour leurs droits, des marches contre les inégalités, du soulèvement de la parole et du refus de laisser une fois de plus le silence s’imposer sur les lèvres de celles qui souffrent d’harcèlement, moral comme physique. Pour un continent où le machisme prend une autre dimension que celle que nous connaissons en Europe, être témoin de l’évolution du monde donne de l’espoir, il faut savoir donner l’exemple, et les Chiliennes le font bien.

Je ne veux pas critiquer tout de ce lieu, mais il est vrai qu’en y restant quatre mois à travailler de six heures à minuit, il est dur d’en apprécier tous les traits. Cela ne veut cependant pas dire que cela ne m’est pas arrivé, après la Bolivie et le désert aride Chilien, vous n’imaginez pas comment j’ai pu rester les yeux écarquillés par les couleurs des panneaux publicitaires, par la hauteur des grattes ciel, et par la taille des supermarchés !

Quand on retrouve un supermarché semblable aux géants alimentaires français, on ne peut pas s’empêcher de se cuisiner quelques bons vieux plats, de se manger un bout de fromage ou encore des aubergines parmesanes…

Outre l’asphalte et le béton, de nombreux parcs composent la capitale :

 

Le parc le plus célèbre ainsi que le plus voyant se trouve en réalité être une colline située dans la ville, elle porte le nom de « Cerro San Cristobal ». Un autre parc à visiter si vous êtes dans le coin, le « Parc Bustamante », des danseurs, chanteurs, artistes, viennent constamment s’entraîner à la vue de tous, ceci, pour notre plus grand plaisir ! Toujours dans le coin le « Parc Santa Lucia » sera un bon complément à votre progression vers les places principales du centre ville.

Le Parc Balmaceda                                Le Parc Forestier                                     Le Parc Araucano

Les Places à visiter

 

Les places principales regroupant musées et cathédrale se trouvent dans le quartier de La Moneda, c’est là que se situe La place des Armes (Plaza de Armas), place centrale autour de laquelle les colons espagnols avaient pour habitude de construire les plans de la ville pour en organiser ses rues. A quelques pâtés de maison, on découvre la Place de la Constitution où se trouve le Palais de La Moneda, qui est en somme le palais présidentiel.

Vous errez avec l’espoir de trouver un coin sympa où passer la soirée ? Alors je connais quelques rues que vous apprécierez ! Commençons par la rue « José Victorino Lastarria » et ses rues adjacentes, les bars et restaurants se suivent et ne se ressemblent pas si vous savez chercher 😉 Saurez-vous trouver le café caché ? Non ? Essayez peut être son nom espagnol…

L’autre quartier très prisé pour faire la fête ou simplement boire un verre se trouve proche de BellaVista, autour des avenues Dardignac et Constitución. Là, gravitent les endroits où vous avez peut être en tête de ne pas rentrer très tôt !

Les Transports

 

Se déplacer est plutôt facile à Santiago, les taxis sont innombrables, les bus vous emmènent partout, et le métro ne cesse de s’agrandir ! Seul bémol pour utiliser les transports en commun, il faut au préalable acheter une carte « BIP! » , vous pouvez l’acheter directement dans le métro, elle coûte 2000 pesos, soit l’équivalent de 3 euros. Une fois achetée, il vous faudra la recharger au guichet d’une station de métro, ou bien dans n’importe quel kiosque à journaux. Elle est non nominative, donc une carte suffit pour deux personnes. Concernant le métro, prenez garde à quelle ligne vous empruntez car la même ligne ne s’arrête pas toujours aux mêmes endroits, cela est indiqué par des couleurs différentes sur les panneaux indiquant les stations, ainsi que sur la rame de métro. Les arrêts aux deux couleurs sont des stations « mixtes » , c’est un arrêt obligatoire, alors regardez bien la couleur de la rame avant de monter dedans 🙂

Attention ! Le Tarif est fixé en fonction de l’horaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *